Toutes nos analyses

«La ville est un lieu qui produit plus que le lieu.» (18 mars 2011)

La ville est l’agglomération de corps : bâtiments et humains. Cette agglomération produit davantage que ce qui est voulu au départ : le rassemblement de spécialistes (comme l’écrit Platon) : savetier, boucher, forgeron, plaideur… liés entre eux dans le but de répondre avec efficacité aux besoins des uns et des autres. La ville est produite pour produire du lien social nécessaire, économique. Mais, d...

Petite chronique du ghetto européen à son apogée (1 décembre 2010)

L’actualité et l’agenda de la Région de Bruxelles-Capitale, qui multiplie les initiatives visant à transformer le périmètre dit « quartier européen » à plus ou moins brève échéance, imposent une réflexion sur les propositions de l’ARAU pour faire évoluer ce quartier vers un quartier de ville mélangé, intégré dans une ville où les d...

PPAS Pachéco : la Ville de Bruxelles sert les promoteurs sur un plateau d'argent (11 octobre 2010)

Ce projet de PPAS, élaboré par la Ville de Bruxelles, est la traduction des options retenues dans le schéma directeur précisées dans un arrêté du Gouvernement bruxellois en 2007 : on conserve la philosophie moderniste du site et on la truffe des projets de son propriétaire actuel, le consortium Immobel-Breevast.

Eglise du GesĂč : le landerneau politique bruxellois s'empresse de cirer les bottes du promoteur qui a fautĂ© (2 juillet 2010)

Suite aux déclarations des Secrétaires d’État au logement, Christos Doulkeridis, et à l’Urbanisme, Emir Kir, parues dans Le Soir de ce vendredi 2 juillet sur l’annulation par le Conseil d’État du permis d’urbanisme pour le projet d’hôtel sur le site du Gésu, rue Royale à Saint-Josse, les requérants ARAU, IEB et un riverain rappellent les faits.

Les pavés bruxellois (25 juin 2010)

Analyse de l'ARAU sur le phénomène de la disparition d'un patrimoine urbain à partir d'un courrier à l'UNESCO. L'ARAU estime que les pouvoirs publics peuvent décider, au terme d'un débat public, de proposer une approche cohérente d'aménagement en fonction du contexte urbain et des usages mais qu'en aucun cas l'aménagement des espaces publics ne doit être dicté par des intérêts particuliers.

Places des Martyrs : le martyre continue... (17 juin 2010)

A la fin des années 80, un promoteur, DEKA, rachète entre autres les quatre immeubles situés place des Martyrs, 1-4 – puis l'angle rue Saint-Michel, 41, avec l'intention d'y aménager un hôtel. Les façades et les toitures sont classées (depuis 1963), les contraintes patrimoniales sont connues. C'est même une des motivations du promoteur : tirer parti de la plus-value patrimoniale de cet écrin d'exception afin de promouvoir un h...

Suivez-nous