Espace Public — Publié le 29 avril 2019

PAD Porte de Ninove : pourquoi la Région récompenserait-elle la spéculation ?

Le projet de PAD Porte de Ninove

Le projet de PAD entrainerait la rupture plutôt que le lien entre les quartiers de la Ville de Bruxelles et ceux de Molenbeek

Le présent avis tient lieu de complément d’actualisation à l’avis précédemment produit lors de la consultation relative aux projets de PAD du mois de juin 2018

Dans le cadre de l’enquête publique, l’ARAU demande de  :

  • Fusionner les PAD Porte de Ninove et Heyvaert ou, à défaut, d’organiser simultanément les enquêtes publiques et de procéder à l’étude cumulative des incidences des deux projets. L’ARAU demande le report de l’enquête publique sur le projet de PAD Porte de Ninove tant que projet de PAD Heyvaert et son rapport d’incidences ne seront pas eux aussi soumis à l’enquête publique.
  • Limiter les gabarits sur le terrain « Besix » afin d’éviter une prime à la spéculation et une rupture dans le tissu urbain. En effet, le PAD autoriserait jusqu’à 35.000 m² de superficie de plancher là où la réglementation actuelle (RRU) ne permet que 14.000 m²… Les impacts négatifs des « bâtiments élevés » sont bien connus et bien documentés, le rapport d’incidences du projet de PAD le confirme : nuisances importantes en termes d’inconfort général au vent, d’ombres portées, d’impacts sur les perspectives visuelles (perspective urbaine Poelaert / Basilique de Koekelberg)

Plus fondamentalement, l’ARAU rappelle la demande formulée en compagnie du Comité PorteNinovePoort, de BruxellesFabriques, du Bral, d’IEB, de La Rue et du Centre de Rénovation Urbaine et Union de Locataires d’Anderlecht Cureghem par communiqué du 2 avril dernier  :  « Nous proposons à la Région de Bruxelles-Capitale de s’approprier le « Triangle de Besix » (sans les dérogations du PAD, ce terrain vaut beaucoup moins) afin d’élaborer, avec les riverains, un projet alternatif qui répond aussi à leurs besoins. Une multitude de projets d’intérêt régional peut être envisagée sur ce site après un diagnostic local, comme un centre nautique, une école de musique, un centre scientifique, etc. »

Le PAD est présenté comme un « outil flexible ». La responsabilité des pouvoirs publics réside dans le fait que la flexibilité permette d’adapter les projets du privé aux besoins de la ville et de ses habitants. Pas le contraire. Le PAD Porte de Ninove tend à « entériner » les projets spéculatifs d’un promoteur au détriment des investissements consentis par les pouvoirs publics pour agrandir le parc. Il institutionnalise l’explosion des gabarits (et la multiplication des nuisances y liées, dont l’accroissement du nombre de places de parkings) et la rupture avec le concept de « bon aménagement des lieux » au prétexte de densification d’une zone déjà très dense et sans améliorer l’urbanité, au contraire.

En conséquence l’ARAU demande, à l’instar des riverains et de la CRMS, la suppression du cluster de trois tours. Un acteur qui spécule depuis deux décennies n’a pas à se voir récompensé.

Articles connexes