Logement — Publié le February 18, 2019

Démolition-reconstruction des « bâtiments KBC » av. du Port 12-14 (datant de 1998)

Malgré une forte contestation en commission de concertation, le 20 novembre 2018, un avis favorable a été émis sur le projet porté par Triple Living

L’ARAU revient sur les questions que pose ce dossier encadré par la Chambre de qualité du bouwmeester, qui s’avère d’une part très dense, et qui repose d’autre part sur une démolition bien peu justifiée d’un point de vue urbanistique… et écologique.

Le projet de Triple Living pour l’avenue du Port,12-14 a bénéficié d’un avis favorable de la Commission de concertation malgré des questions triplement soulevées : par les riverains, par les associations et par des membres de la Commission de concertation dont l’échevin du Logement de Molenbeek :

  • le manque de publicité et donc d’adhésion des acteurs, y compris de l’administration régionale, aux raisonnements préalables de la « Chambre de qualité », légitimes sur le plan architectural ou de la mixité des fonctions, peut-être, mais beaucoup moins sur le plan social ;
  • l’impact environnemental du projet, en particulier l’absence d’objectivation du choix de démolir et le choix d’imperméabiliser toute la superficie pour garder un parking de 200 places. L’ARAU demande que l’exercice des « bilans carbone » des projets de démolitions-reconstruction soit imposé ;
  • l’inadéquation d’un apport massif de projets de logements neufs, denses et chers dans un quartier pauvre, sans volonté d’ouvertures sur le quartier.

L’ARAU demande un exercice de transparence sur l’ensemble des projets du plan canal car, comme l’a déclaré Catherine Moureaux, « Molenbeek (mais aussi Anderlecht ou Laeken) a besoin d’un projet social.» Le permis devra apporter des  réponses à ces différents points.

Le fait que les projets soient mixtes du point de vue des fonctions constitue déjà un progrès mais ils doivent être mixtes également dans leur destination.