Espace Public — Publié le 27 octobre 2015

Concertation sur le réaménagement de la rue du Midi

La Région et la Ville de Bruxelles persistent à carreler le centre historique ! Du plain-pied et des pavés sciés en zone Unesco : une aberration historique, esthétique, environnementale et économique

La transposition d’un « modèle » type de voirie (celui testé pour la rue des Fripiers) sans correspondance aucune avec l’histoire de la conception des voiries, est à l’œuvre dans le centre historique. Ce modèle, déconnecté du bâti historique et de l’histoire du développement de Bruxelles, se généralise en effet en plein cœur de Bruxelles. L’ARAU s’étonne que la Ville méconnaisse ou dénigre à ce point le patrimoine de ses espaces publics.

Les projets de nouveaux revêtements, généralisant le plain-pied et les pavés sciés de porphyre, s’avèrent être avant tout une posture idéologique qui ne repose malheureusement sur aucune évaluation technique, scientifique, ou historique, mais sur un compromis entre lobbys d’usagers, segmenté, en dehors de toute perspective globale et d’intérêt général. Le patrimoine viaire de Bruxelles est vidé de son sens, à cause de ce compromis peu transparent qui ne fait l’objet d’aucune perspective historique et patrimoniale.

Les quartiers néoclassiques du Pentagone constituent une ressource patrimoniale très importante et bien  préservée, offrant une cohérence et une qualité urbanistique dont les autorités n’ont malheureusement pas encore saisi le potentiel identitaire et touristique pour Bruxelles.

Dans la mesure où elle ne tient compte ni de la piétonisation des boulevards, ni de l’avis de la CRMS, conforme dans la zone Unesco, ni des rapports commandés par les autorités à Christophe Loir (entre autres), l’ARAU demande que ce projet soit remis sur le métier. Il doit être revu sur des bases historiques sérieuses.

 

Articles connexes