Espace Public — Publié le 1 décembre 2014

La ville encore et toujours vouée à la voiture

Le nouveau plan de circulation pour le Pentagone menace les quartiers habités

La Ville de Bruxelles a présenté le mardi 24 novembre son nouveau plan de circulation. Notons que le plan lui-même, in extenso, n’est toujours pas public, ni les études qui le fondent. On peut se faire une idée des principes qui le gouvernent à partir d’un dossier de presse qui se résume à 11 pages et à 4 schémas du Pentagone. C’est sans doute l’essentiel de la documentation qui éclairera la décision au Conseil communal.

Ce plan de circulation reste fondamentalement un plan de circulation pro-voitures.
Les principes et réaménagements proposés incitent en effet à un usage accru de la voiture :

  • L’offre de stationnement en centre-ville serait augmentée d’au moins 2.000 places par la création de 4 nouveaux parkings publics (sans compter les extensions projetées du parking Poelaert et du parking 58 : 847 places dans la « zone piétonne ») dont les effets d’aspiration du trafic sont démontrés.
  • Un miniring (ou boucle de desserte, insiste la Ville) permettrait non seulement de desservir ces nouveaux parkings (ainsi que les nombreux autres déjà existants) mais permettrait aussi le maintien de fait d’une capacité de trafic de transit à travers le Pentagone.
  • L’accessibilité de l’hyper-centre en bus serait diminuée, de nombreux terminus s’en éloignant. L’usager des transports en commun, obligé de continuer son trajet à pied ou de subir une correspondance, serait de facto désavantagé face à l’automobiliste qui pourrait lui continuer sa route sans entrave (il suffit de modifier sa carte mentale du Pentagone ou de suivre son GPS...) En outre, plusieurs bandes bus seraient supprimées, ce qui ferait perdre l’avantage modal compétitif à des bus à nouveau englués par rapport à des transports en commun libérés du trafic.

L’ARAU déplore la manière dont la Ville avance sur ce projet, sans concertation avec les principaux concernés (habitants et associations) et sans transparence. Le Master Plan d’aménagement des espaces publics et le Plan de circulation ne sont pas publics alors qu’ils auront des incidences notables sur l’environnement. Ils doivent faire l’objet d’une enquête publique et pas d’une pseudo-participation.

L’ARAU estime qu’il faut revenir au concept de boucles d’évacuation du trafic proposé par le PCM, faute de quoi les quartiers habités seront parasités par le trafic. La vitesse doit être limitée à 30 km/h partout dans le Pentagone. L’ARAU estime qu’il faut recréer une desserte de transports en commun de surface attractive sur les boulevards du centre comme alternative convaincante au trafic automobile et une desserte fine des quartiers.

La Ville doit renoncer à ses projets totalement dépassés en matière d’urbanisme souterrain et de priorité automobile.

Articles connexes