Espace Public — Publié le 21 février 2013

« Passerelle » Picard : un pont pour un tram… sans tram

Vue de synthèse de la « passerelle » Picard (avec un tram) © Greisch Beliris

Le projet de construction de la « passerelle » Picard (qu’il est plus correct d’appeler pont étant donné le gabarit de l’ouvrage), serpent de mer des infrastructures de mobilité à Bruxelles, a récemment fait sa réapparition. Indispensable à l’accessibilité du site de Tour & Taxis (« sans passerelle, pas de densification du site »[1]), ce pont devrait permettre de relier les deux rives du canal, entre le boulevard Simon Bolivar et la rue Picard. Destiné au passage des transports en commun, des piétons et des cyclistes, il exclura le trafic automobile.



[1] Le Schéma Directeur Tour & Taxis résume par cette phrase l’étude mobilité réalisée par CITEC. Zone Levier n°5 «Tour et Taxis», Schéma Directeur, juin 2008, p.45.

Depuis 2004, l’ARAU demande qu’une desserte en tram du site de Tour & Taxis soit organisée préalablement aux développements immobiliers.
La STIB propose une option de desserte cumulant des défauts importants. Elle doit donc être abandonnée au profit d’une ligne de tram longeant le site en empruntant la rue Picard pour rejoindre le réseau existant.

L’ARAU plaide pour la solution la plus « naturelle » de desserte à partir du pont Picard, à savoir un tracé direct longeant le site via la rue Picard en direction de la rue Vanderstiechelen.
Cette option, qui est par ailleurs celle retenue dans le PRD de 2002, est avantageuse à bien des points de vue en comparaison de celle défendue par la STIB, tout en étant exempte de ses nombreux défauts.
Une décision dans ce sens pourrait, pour reprendre la formule de la Ministre Grouwels, « jouer un rôle de catalyseur pour le site » et accélérer un développement trop timidement entrepris par le promoteur.

Articles connexes