Espace Public — Publié le July 10, 2018

PAD Josaphat : il faut une plus grande proportion de logements publics !

Phasage du projet Josaphat

Sans oublier de planifier la desserte en transports en commun préalablement…

Le projet de PAD Josaphat a beau être un des plus avancés (une procédure de dialogue compétitif est engagée pour la réalisation de la première phase du projet), force est de constater que peu d’informations sont disponibles publiquement. Les questions de mobilité, par exemple, sont très peu détaillées dans les différents documents mis en ligne sur le site de Perspective ou sur le site du projet (josaphat.brussels) qui ne comporte aucun onglet « mobilité »… Perspective justifie de nombreuses options sur base d’arguments d’autorité : « la Région dispose toutefois déjà des conclusions intéressantes d’études déjà très approfondies ». L’ARAU s’étonne que ces études préalables ne soient pas publiques ; faut-il s’adresser à la CADA (Commission d'Accès aux Documents Administratifs) ?

Le projet de PAD concerne un terrain public mais ne devrait pourtant compter, à terme, que 22% de logements publics (les logements sociaux locatifs SLRB), les 5% de logements acquisitifs sociaux et les 18% de logements acquisitifs moyens étant voués à rejoindre, d’ici quelques années, le parc privé. La Région devrait s’assurer d’une maîtrise foncière pérenne sur le site de Josaphat. Elle pourrait, pour ce faire, développer une proportion bien plus importante de logements publics locatifs. Garder une importante maîtrise foncière permet de préserver l’avenir !

Il faut espérer ne pas connaître un scénario « à la Tour et Taxis » où le projet de ligne de tram qui devait desservir le site, longtemps promis, semble remisé au fond des cartons de la STIB. Faut-il rappeler l’importance de réaliser les dessertes en transport en commun préalablement (ou au moins concomitamment) aux développements immobiliers ? Dans le cas contraire on laisse s’installer une mobilité basée sur l’usage de la voiture, à laquelle on recourt d’autant plus facilement qu’un grand nombre d’emplacements de parking sont à disposition.

Au nord du site, le projet de PAD prévoit l’implantation d’une tour de gabarit R+15 – R+20, soit jusqu’à une soixantaine de mètres. Les représentants de Perspective ont justifié cette forme par le dégagement d’espace au sol qu’elle permettrait. Faut-il rappeler que les espaces ainsi « libérés » au pied des tours sont la plupart du temps très peu qualitatifs (ombres, tourbillons de vent, effet d’« écrasement ») ? D’autres formes plus urbaines permettent d’atteindre une densité élevée tout en maintenant de l’espace public (îlots ouverts ou semi-ouverts), certes en moins grande quantité mais d’une qualité nettement supérieure.