Logement — Publié le March 7, 2017

Pralines ou logements, rue de l'Etuve ?

Un musée privé « Choco-story » projette de déménager en face du Manneken Pis dans une zone réglementairement affectée au logement.Autant le dossier architectural est solide, autant la « démonstration » du Rapport d’Incidences est tendancieuse. En quoi ce musée du chocolat apporterait-il une quelconque « diversification » dans une rue vouée au tourisme de masse le plus grégaire ?

L’ARAU estime que c’est l’affectation conforme au plan et à l’esprit des lois (le logement) qui, seule, permettra  une diversification et une relative animation, et sécurité, en particulier nocturne.

Actuellement situé aux abords de la Grand Place, rue de la Tête d’Or, l’ancien Musée du Cacao et du Chocolat, récemment rebaptisé Choco-story[1], ambitionne de déménager aux n°39-41 de la rue de l’Étuve.

Ces bâtiments, laissés à l’abandon depuis une vingtaine d’années, sont connus pour leur état de délabrement. L’ARAU a, à plusieurs reprises, fait part de son inquiétude quant au sort de ces maisons classées, en plein cœur historique, dont les logements méritaient d’être rénovés[2]. La restauration annoncée devait donc constituer une bonne nouvelle, a priori.

D’où la question de l’ARAU sur les objectifs de la Ville de Bruxelles : mise-t-elle plus sur les touristes que sur les habitants, au point de faire fi des plans et règlements ?

Un projet de logements bien conçu et respectueux du bâti ne pouvait-il pas recevoir une approbation de la CRMS ? Ce projet de musée est-il vraiment « le projet de la dernière chance » pour ces maisons ?

 


[1] « Chaîne » de musée appartenant à la famille Van Belle », qui a créé des musées identiques à Bruges, Paris, Prague et au Mexique, et qui s’est associé à l’historique musée du Cacao pour le projet ici présenté.

[2] Les immeubles 39 et 41 de la rue de l’Etuve faisaient partie des bâtiments listés par l’ARAU dans le cadre d’une analyse de 2013 : classés, laissés à l’abandon et dans un état de délabrement avancé : analyse du 31 janvier 2013 « Immeubles classés et abandonnés dans le Pentagone : les outils juridiques à disposition de la Ville pour les réhabiliter » : http://www.arau.org/fr/urban/detail/259/immeubles-classes-en-ruinesMais le projet aujourd’hui présenté, et ouvertement soutenu par les administrations et l’Échevin de l’urbanisme, est un projet non conforme aux plans qui déroge au Plan Régional d’Affectation du Sol, imposant la fonction habitat à cet endroit.